Orgues

TEMPLE DU MUSÉE

ORGANISATEUR

  • Orgue de tribune Bernhard Dreymann 1840-1841

    Il s’agit du plus ancien orgue à Bruxelles, avec celui de Notre-Dame du Finistère, en état de fonctionnement. Il a été construit en 1840 par Bernhard Dreymann de Mayence et restauré en 1971 et en 2007 par Patrick Collon. Cet orgue de claviers et 15 jeux est le résultat d’une commande de François-Joseph Fétis, le premier directeur du Conservatoire de Bruxelles. Fétis était convaincu que l’art de l’orgue trouvait alors en Allemagne les développements les plus remarquables. C’est ainsi qu’il recruta dans ce pays le premier professeur d’orgue pour son école, Christian Friedrich Johann Girschner (1794-1860), originaire de Spandau, et c’est chez Adolf Friedrich Hesse, à Breslau, qu’il enverra se perfectionner le jeune Jacques-Nicolas Lemmens (1823-1881), qu’il choisira pour successeur à Girschner. C’est Fétis lui-même qui expertisera l’instrument.

  • Composition

    I. Hauptmanual (56)

    56 notes, C - g’’’

     

    Bourdon 16

    Principal 8

    Grossgedeckt 8

    Viola da gamba 8

    Octave 4

    Waldflöte 2

    Cornett Bass 3

    Cornett Discant 4

     

    Manual Coppel

    II. Kleinmanual (56 notes)

     

    Flöte 8

    Salicional 8

    Spitzfloete 8

    Flöte 4

    Flageolet 2

    [Æoline 8]

    [Ventilzug}

    Pédale (25 notes)

     

    Subbaß 16

    Principal Baß 8

    Posaune 16

     

    Pedal Coppel

  • Orgue mobile Jean-Baptiste Forceville 1699 – Collon 1994

    Il s’agit très probablement d’un instrument construit à usage privé, car le buffet est presque entièrement fermé. Un cartouche en façade porte l’inscription « 1699 + FECIT FORCEVILLE ».
    Il est donc possible qu’il s’agisse de l’instrument personnel de Jean-Baptiste Forceville (±1660-1739). À sa mort un inventaire mentionne « un bel orgue de cabinet… ».

     

    Lors de la construction de la chapelle de Charles de Lorraine en 1760, Guillaume Boutmy présente un projet pour un orgue (2 claviers/26 registres) qui ne sera jamais réalisé. Le buffet Forceville de 1699, transformé pour intégrer une niche au fond de la galerie et flanqué de deux armoires (pour les soufflets?) sera masqué par une façade postiche en stuc derrière laquelle se plaçait l’organiste. En 1794-1795 cet instrument, ainsi que tout le mobilier de la chapelle, fut vendu par l’Autorité militaire.

     

    En 1803 l’ancienne chapelle de la Cour, désaffectée depuis le départ des Autrichiens,
    est attribuée aux Protestants de Bruxelles qui rachètent l’orgue Forceville en 1804.

     

    En 1840 l’instrument sera remplacé par le nouvel orgue Dreymann et le buffet, vidé de son contenu, servira d’armoire à rangement.

     

    En 1966 Patrick Collon attire l’attention du Consistoire sur la valeur historique et instrumentale du meuble central. Lors de la restauration de la chapelle entre 1964 et 1971,
    le buffet Forceville est entreposé chez Patrick Collon, en attendant des jours meilleurs.

     

    Dernier vestige du mobilier qu’aura connu Charles de Lorraine, le buffet Forceville sera restauré et reconstitué lors de la deuxième restauration de la chapelle en 1987. Ce travail est suivi par la reconstruction de la partie instrumentale en 1994.

  • Composition

    48 notes, C, D - c’’’

     

    Bourdon 8

    Prestant 4

    Flûte 4

    Doublette 2

    Fourniture II

    Cornet II, cis’

  • Contact

Avec le soutien
de l’échevine
de la culture
de la ville
de Bruxelles